UPFléron

Paroisse Saint-Denis à Fléron

Église Saint-Denis, rue du Bac 2, 4620 Fléronfleron01

 N 50° 37.317 / E 5° 40.991

L'église actuelle dédiée à St Denis date de 1846 (fin des travaux en 1848 - consécration en 1850). Elle remplace l'ancien oratoire roman dans lequel Julienne de Cornillon fut baptisée en 1192.
 

Vers 1100, les chanoines, qui depuis Lothaire (petit-fils de Charlemagne, 869) jouissaient de la dîme de l'énorme paroisse de Jupille, établirent les premières subdivisions de celle-ci en érigeant une paroisse à Fléron.
Cette paroisse comprenait les paroisses actuelles de Fléron, Moulins, Queue-du-Bois, Retinne, Magnée et Beyne. On a peu d'informations sur ce qu'était vraiment cette première église, chapelle ou oratoire. Seul le Curé Berden, bien plus tard, en 1839, la décrit comme étant très ancienne et tombant en ruine. Elle sera rebâtie de 1843 à 1848.

Mais revenons au début. Par un acte de donation d'Othon le Grand (912-973) (empereur du Saint Empire germanique) à l'église de N-D d'Aix des biens de la Seigneurie de Chèvremont (962), il semblerait qu'elle a été construite, du moins la tour, la grande nef et le chœur, à l'époque romane (début XIe-mi XIIe siècle). Les deux nefs latérales, plus petites, ont été bâties longtemps après mais on en ignore la date, vraisemblablement à l'époque gothique (XIIIe-XVe siècle), suite à l'affluence des fidèles et l'exiguïté de la seule et unique nef. Dès lors, le mur primitif fut remplacé par les six colonnes gothiques. La tour et le clocher furent rebâtis après 1559 mais, le jubé postérieur, attaché à la tour, n'a pas été démoli dans la reconstruction.
Les fonts baptismaux romans eux aussi ont été transférés en 1846 dans la cour du palais de Justice de Liège. Pourquoi ? on ne sait.

interieur st denisLa description intérieure peut se résumer comme suit : le maître-autel fut érigé en 1746, sous le règne du cardinal prince-évêque Jean-Théodore de Bavière et le pastorat de l'Abbé Godefroid Dubois, Curé de Fléron.
C'est une œuvre hautement artistique en bois. Deux anges adorateurs sont en prière de part et d'autre et deux statues représentent, à droite : sainte Julienne (Retinne 1192 - Fosses 1258) de Cornillon, et, à gauche : sainte Eve de Saint-Martin. Les deux amies si proches en ce XIIe siècle liégeois, inspirèrent l'artiste, qui, en 1746, pour le 5e centenaire de l'institution de la Fête-Dieu à Saint-Martin, fut chargé de sculpter, pour l'église de Fléron, ce chef-d'œuvre de l'école de sculpture de style Régence liégeois, le plus bel maître-autel de la région, don des paroisses du diocèse de Liège, à celle où fut baptisée sainte Julienne. Le dessus du maître-autel est couvert d'un manteau ducal.

Les petits autels latéraux sont anciens, à colonnes.

Le chœur est petit et très étroit de même que la sacristie à droite du chœur et la petite chapelle, anciennement réservée aux fonts baptismaux, avec son petit autel de la Sainte-Vierge à droite en entrant.

Le jubé est en chêne et de forme récente. L'orgue Arnold Clérinx (Saint-Trond 1816-1898), quant à lui, est remarquable par sa belle sonorité et classé monument historique. Il a été restauré en 1989.

Deux des confessionnaux de l'ancienne église, en très bon style Louis XV, ont été replacés à l'arrière dans chacune des nefs latérales de la nouvelle église.

L'édifice entier est soutenu par six mauvaises et massives colonnes de style gothique.

Au sol de l'ancienne église et de la tour, on marche sur quelques pierres tombales de curés et de bienfaiteurs. Parmi ceux-ci, le gisant d'un certain Wilhelm von Reuschenberg, Sieur de Rochette, décédé le 28/12/1586.

L'extérieur se distingue surtout par la tour carrée massive en blocs calcaire sur laquelle repose une pyramide coiffée d'une flèche en spirale (clocher tors). Flèche et pyramide sont couvertes d'ardoises. Sur la photographie prise en 1910 on distingue très bien au milieu de la flèche le logement de l'horloge placée en 1656. L'horloge rythmait, par la sonnerie des heures et celle des 3 angélus, les journées des paroissiens. Elle cessa de fonctionner à la fin du XVIIIe siècle. La tour et la flèche présentent un intérêt esthétique et architectural et furent rebâties de 1559 à 1565. Le corps principal est lui en briques.

L'église était, avant 1872, entourée d'un cimetière dont il ne subsiste plus que les 45 croix des XVIIe et XVIIIe serties dans les murs de la place publique actuelle ; place de l'Eglise créée sous le maïorat du bourgmestre Lapierre (1835-1914). Aucune de ces croix n'appartiennent à des familles nobles. C'est en 1845-1846 au moment de la reconstruction de l'église actuelle, que l'on déterra les corps inhumés dans l'église pour les replacer dans le cimetière entourant l'édifice.

Le plus ancien curé connu à Fléron est Everlinus. Son nom apparaît dans un acte de 1185, relatif à la léproserie de Cornillon, soit bien longtemps après Othon le Grand.

L'histoire complète de l'église St Denis de Fléron a été contée dans la plaquette publiée en 1989 lors de la restauration de l'Orgue Arnold Clérinx.

Ce récit est de la plume du Père Pierre Guérin SJ, président de l'association royale Cercle Historique de Fléron.

 

Le tilleul a été planté par les enfants des écoles le 27 août 1905 (75è anniversaire de notre indépendance).fleron1

 

 

 

église Saint-Denis copieFond de Fléron

 

Vous êtes ici : Accueil Localisation Paroisse Saint-Denis à Fléron Historique de la paroisse Saint-Denis
  • Site modifié le samedi 12 octobre 2019 à 20:40:05