UPFléron

verduriales34

 

 Dimanche 18 août : à 10H45 à St Denis en plein air, Verduriales2019 verduriales01
Photos ICI

 

 

 

 Intentions des messes en juillet et août  ICI

Retrouvez les horaires des célébrations dans les paroisses voisines sur EgliseInfo.be
L'horaire des messes de juillet et août est disponible  ICI

Un doigt d'Amour et d'Humanité

« Vous connaissez Cécile VAN GEERT qui se dévoue à Yasa-Bonga (RDC) pour une 56e année (et non 65 comme repris dans l’article).
Notre fille Anne-Cécile, filleule de Cécile, a participé à un concours de nouvelles organisé par la revue « Femmes d’aujourd’hui ».
Son article évoquant sa marraine a été retenu et est paru dans le numéro 30 de la revue du 25/07.
C’est donc avec joie que nous vous le transmettons, vous y trouverez ce qui porte Cécile.

Bien cordialement

Gaby et Mathieu DEWANDRE – VAN GEERT »

L'article est ICI

Jardiniers solidaires

Vous avez trop de légumes dans votre potager, trop de fruits dans votre verger.
Entraide Saint-Vincent de Paul Fléron se charge de les redistribuer à plus de 120 familles en grande difficulté.
Vos surplus peuvent être apportés à la salle Batifix/Saint-Vincent de Paul, rue de la Vaulx, 27 à Retinne le mercredi matin entre 08h00 et 09h30.
Ils complèteront ainsi nos colis alimentaires distribués chaque mercredi.

Nous vous en remercions.legumes jardin

 Pour Entraide Saint-Vincent de Paul.

Jacqui Gayda
04/358.27.11

L'église de Romsée rénovée : Au "choeur" de l'histoire des mineurs

À la croisée de l’humain et du divin : l’église Notre-Dame de Romsée
par Jean LIEVENS, curé-doyen (Pâques 2019)

eglise romsee 2019

Le 21 avril 2019, jour de Pâques, l’église de Romsée a été rouverte après les travaux de peinture et d’éclairage qui ont remis l’intérieur à neuf.
Le chœur ayant été repensé, voici l’occasion de décrire l’intention des créateurs.

Lire la suite...

Université des Aînés

Compte: BE25 1430 8809 3582 de l'UDA

J. Gayda 04/358.27.11 - Rue Sauny, 18 à 4624 Romsée (jacquig@scarlet.be)
J.M. Vandormael 04/362.36.38 – 0479/52.40.59. (jvandorm@skynet.be).

30 ansConférences : Année académique 2018-2019.

Les conférences ont lieu le mardi à 14h00 en la salle Batifix, Rue de la Vaulx, 27 à 4621 Retinne (Fléron). Prix de l’abonnement annuel : 30 € par personne.
Carte de membre : 5 € + 4 € la conférence. Non-membre : 5 € la conférence.

25/09/18 Racines et identité du protestantisme belge.
Laurence DRUEZ, Chef de travaux aux Archives de l'Etat , Docteur en Philosophie et Lettres, Maître de conférences à l'Université de Liège.

23/10/18 Talleyrand, un diable pas si boiteux que ça !
Yves DELPIERRE, licencié en sciences politiques et relations internationales,
guide-conférencier.

13/11/18 La route de la soie.
Alain ERNOTTE, guide-conférencier, explorateur de cultures.

11/12/18 Le Kerala, terre de la démocratie active.
Alain VOISOT, reporter-photographe, journaliste spécialisé en tourisme culturel,
concepteur et coauteur des Croisières et Routes des parfums et des épices.

08/01/19 Mystérieux Bhoutan.
Ronald BOSMANS, licencié en traduction, membre de l'Union belge des
journalistes du tourisme et des Conférenciers francophones de Belgique.

29/01/19 Le protestantisme en province de Liège : l'architecture.
Julien MAQUET, Licencié en histoire, Docteur en Philosophie et Lettres, Maître de
conférences à l'ULiège, Directeur de l'Archéoforum.

19/02/19 Pourquoi et comment j'ai écrit « Robinson ».
Laurent DEMOULIN, écrivain, poête, critique, chargé du cours « Ecriture de création » à l'ULiège, Prix Rossel 2017.

19/03/19 Eloge de la fragilité.
Gabriel RINGLET, prêtre, écrivain, poête, professeur et vice-recteur émérite à l'UCL,
Membre de l'Académie Royale de langue et de littérature françaises de Belgique.

23/04/19 Grétry de tous les temps. La découverte en 2012 de l'Opéra inédit « L'Officier de fortune « (1790).
Patrick DHEUR, pianiste, concertiste (des centaines de concerts donnés à travers le monde), compositeur, écrivain.

14/05/19 Gioachino Rossini, le Cygne de Pesaro
Jean-Marc ONKELINX, musicologue-conférencier ; rédacteur des programmes de l'Opéra Royal de Wallonie.

En collaboration avec BATIFIX Asbl et CFAC Asbl.

Le Crédo des confirmés

Avant d'être confirmés les jeunes (16-22 ans) ont exprimé personnellement leur foi. Leurs textes ont ensuite été fondus en un Credo commun, sans pour autant perdre la richesse de certaines tournures de phrases originales. Certaines pépites savoureuses témoignent chez certains d'une foi riche et personnelle et de l'accompagnement fructueux de certaines familles et paroisses !...

Préambule personnel :
Mon Credo est simple et fort car ma foi a beaucoup évolué.
Au début, j'ai n'ai guère eu accès aux "réflexions religieuses".
En grandissant, j'ai choisi de m'ouvrir à Dieu et à ce qui l'entoure.
Maintenant je peux dire que je crois en Dieu et à ma foi.
Si croire en quelque chose ou quelqu'un peut faire peur à certains qui auraient l'impression d'être contraints, pour ma part, c'est tout différent :
Dieu ne nous force pas à croire en lui.
Je l'exprimerai plus par un soutien moral et physique.

Le Dieu auquel je ne crois pas :
Je ne crois pas en un Dieu abstrait ou lointain,
insensible à ce que nous vivons.
Il ne distribue pas le bonheur ou le malheur
selon son bon vouloir que l'homme ne pourrait qu'accepter avec fatalité.
Je ne crois pas en un Dieu qui juge, exclut et punit.

Dieu Père :
Je crois que Dieu est un Père qui aime infiniment,
qui répand le bien et la paix, par exemple par son pardon.
C'est un Dieu "coloré" !
Il remet de la lumière là où nous cultivons la tristesse.
Il nous écoute et nous réconforte.
Je crois que Dieu croit en moi, en mes capacités ;
il m'a créée capable d'aimer comme lui.
S'il me guide, c'est surtout en me proposant des portes qu'il me laisse libre d'ouvrir ou de laisser fermées.
Mais je pense que les ouvrir apporte bien plus !

Jésus-Christ :
Je crois en Jésus-Christ,
envoyé par le Père pour nous apprendre à partager, pardonner, aimer.
A son exemple, je puis avancer dans ma foi.
Alors que trop de personnes n'ont pas vraiment fait l'expérience d'être aimées, Jésus apporte son amour constamment.
Il a aidé beaucoup de personnes et, comme nous, s'est construit en aidant.
Il a été brisé mais a su se relever.
Grâce à lui, nous savons que l'Amour triomphe même de la mort :
je crois en sa Résurrection... et à la mienne.

Esprit-Saint :
Même s'il semble plus abstrait, je crois en l'Esprit-Saint,
à la fois guide et étincelle.
L'Esprit-Saint, c'est Dieu présent en nous comme un sage discret, auteur de la parole juste et profonde.
Il remet en question, aide à prendre du recul, à mieux évaluer les événements qui nous touchent.
Depuis que je me suis tournée vers lui, je me sens mieux :
j'ai comblé un vide en moi.

Eglise :
Je crois que les chrétiens qui vivent, partagent et chantent leur foi sont plus forts et moins sujets au doute.
Puisqu'ils ne sont pas seuls,
ceux qui veulent changer les choses sont soutenus et encouragés.
Je crois que cette communauté doit partager l'amour qu'elle a reçu en travaillant à faire un monde meilleur.
En elle, chacun est différent mais est animé d'un même esprit.
Chacun peut trouver son propre chemin vers la foi,
mais le parcourir ensemble aide à se construire.

Infos sur YASA-BONGA

yasa-bongaREPUBLIQUE DEMOCRATIQUEDU CONGO Yasa-Bonga, ce 7 mars 2014.
PROVINCE DE BANDUNDU
DISTRICT DU KWILU
TERRITOIRE DE MASI-MANIMBA
DIOCESE DE KIKWIT
ZONE DE SANTE DE YASA-BONGA

Aux Amis de l'Hôpital Général de Référence Dr Anne-Marie VERWILGHEN
et de l'Institut Technique Médical de YASA-BONGA

Chers Amis,
Avec les membres de l'Equipe cadre de la Zone de santé de Yasa-Bonga et les principaux responsables des 3
Centres hospitaliers, nous venons de tirer le bilan des activités que vous avez soutenues à bout de bras pendant
l'année 2013. Je me permets de vous envoyer ce petit rapport pour renforcer les liens qui nous unissent dans le
partage quotidien. L'implication de chacune de nos structures dans la collaboration pour le développement intégral
de la population, nous permet d'obtenir de bons résultats mais doit encore être renforcée par un meilleur leadership.
En résumé, les Centres de santé ont récupéré un taux de consultations de 48 % et 6.156 malades ont pu
rencontrer le médecin soit une croissance de 10 % par rapport à 2012. Le groupe cible mère et enfant, le diabète, la
prévention du Sida et la sécurité alimentaire restent nos principaux points d'intérêts avec la lutte contre la
Tuberculose et la trypanosomiase.
Sur l'ensemble des futures mamans attendues en 2013, 96 % se sont présentées au moins une fois à la
consultation prénatale mais 18 % seulement sont venues aux quatre rencontres souhaitées pour suivre l'évolution de
la grossesse et recevoir la supplémentation en calcium et fer-acide folique pour éviter le poids de naissance inférieur
à 2.500 gr. Merci à tous ceux qui avaient choisi cet objectif dans leur organisation de fête familiale ou autre projet de
Rotary car nous avons encore progressé par rapport à l'an 2012 : 5,7 % de nos naissances vivantes restent sous le
seuil des 2.500 gr contre 6,4 % en 2012. Ce petit gain en pourcentage sous-entend bien sûr, la persévérance dans la
sensibilisation par tout le personnel prenant en charge cette activité.
Elle est évidemment couplée à la PTME ou prévention de la transmission du SIDA de la mère à son enfant.
Il s'agit donc de découvrir le statut sérologique de toutes nos femmes enceintes concernant cette endémie afin de
traiter le plus vite possible mère et nouveau-né pour obtenir la guérison maintenant possible. L'équipe de l'HGR
s'est donc déplacée vers d'autres Centres de santé et s'est même rendue dans les établissements de l'enseignement
secondaire afin de sensibiliser les jeunes à la prévention du SIDA, au dépistage volontaire et leur éviter aussi les
grossesses précoces non désirées.
Du côté de nos enfants, lors des consultations préscolaires, les infirmiers ont remarqué une nouvelle
croissance des cas de malnutrition touchant en 2013 9,1 % du groupe contre 8,3 % en 2012. Il s'agit souvent de
familles dont les parents sont eux-mêmes à la limite au point de vue santé et donc incapables de participer aux
multiples activités de développement initiées par les relais communautaires dans nos villages. Mais pour pérenniser
les activités soutenues par NESTLE NUTRITION, une ONG locale TOMISA et les jeunes de BEAUVAL ainsi que
les paroisses de FLERON et de MARCINELLE, un de nos médecins a organisé une coopérative où s'engagent les
bénéficiaires de distribution d'alevins. Ils créent des dépôts d'alevins, les nourrissent et dans 6 mois, ils vont
distribuer gratuitement autant d'alevins qu'ils ont reçu afin de faire jouer l'effet « boule de neige ». Sous le climat
tropical, cette image est très rafraîchissante !! Dans un an, vous aurez la suite du feuilleton intitulé : « un médecin
manipule la houe et le bistouri », titre donné par un journal congolais après l'interview du Docteur Jean-Paul
KISALA.
Je vous présente maintenant un nouveau centre d'intérêt à soutenir dans sa gestation et, espérons le, sa
naissance prévue pour octobre 2013 si les démarches se poursuivent comme prévu. Il s'agit de l'évolution de notre
Institut technique médical du niveau A2 vers le niveau INSTITUT SUPERIEUR DE TECHNIQUES MEDICALES
du niveau A1.
Pourquoi cette nouvelle aventure alors que nous avons toujours produit un Personnel de qualité du niveau
A2 : nos dix finalistes ont tous emporté leur diplôme en juillet 2013 ??
Etant donné les nouvelles exigences du Ministère de la Santé demandant des Infirmiers de niveau A1 pour
assumer la fonction de chef de service, nos finalistes A2 voient leur avenir bouché. Comme il a toujours été dans la
philosophie des fondateurs du Complexe médical de YASA-BONGA, de former des « cadres responsables »,
l'évolution du niveau d'enseignement s'imposait. Lors de son Assemblée Générale du 30 mai 2013, l'ASBL YASABONGA
a donné son aval pour cette mutation. Les démarches de Dépôt du Dossier et d'ouverture sont en cours.
Mais leur complexité les rend très prenantes et très pesantes, de quoi solliciter encore davantage votre soutien.

Le Centre Hospitalier de MOKAMO bénéficie quant à lui, du soutien très dynamique d'un groupe de
l'Hôpital de Verviers rassemblant du Personnel tant médical que technique.
A côté de cet aspect très positif de la situation, il persiste deux gros points noirs : l'état déplorable des routes
et le non paiement du personnel par l'Etat. Notre médecin directeur, le Docteur Jean-Jacques MAWANZI a dû se
rendre avec le personnel d'entretien de l'hôpital pour parer au plus pressé lors des grandes pluies du mois de
novembre au chevet du pont sur la KAFI. Un médecin directeur, responsable du Service des ponts et chaussées,
c'est une image africaine qui ne manque pas de sel !! La Coopération Belge a promis son appui depuis plus d'un an.
Mais, la politique étant de s'appuyer sur les ONG locales pour agir, la lenteur des démarches entraîne un
enclavement complet pour la Zone de santé de Yasa-Bonga.
Pour terminer, « un dernier flash » de la situation à Yasa-Bonga. La journée mondiale de la femme du 8 mars
est toujours fêtée avec succès à Yasa-Bonga vu l'importance de la population féminine tant au niveau des cadres
(2/5) que dans le personnel soignant (30/45). Il est quinze heures et par la fenêtre ouverte de mon bureau, je vois
l'équipe des jeunes infirmières, emmenée par le Docteur Cécile SITANI, s'entasser dans l'ambulance. Il s'agit
d'aller dans un village voisin pour sensibiliser les femmes rurales sur le problème des responsabilités familiales et
l'endémie VIH. En finale de la séance, match de football entre l'équipe féminine locale et celle de nos jeunes
infirmières. Voilà comment on peut vivre dans une situation économique très difficile et garder le moral malgré
tout !!
Le 21 avril prochain, plusieurs parmi vous, se souviendront de mon premier départ pour Yasa-Bonga en
1964. Notre coopération avec la population locale depuis un demi-siècle, n'a été possible et efficace que grâce à
votre soutien tant spirituel que matériel. Pour fêter cela, ayez un petit coup de coeur pour tous ceux que vous épaulez
depuis tant d'années. MERCI pour eux.

Si vous souhaitez poursuivre votre aide, vous pouvez verser votre participation :
aux : « OEuvres Sociales Éducatives Jésuites Tiers-Monde - ASBL »
Rue Liétart, 31, Bte 3
B – 1150 BRUXELLES
compte : IBAN : BE78 2100 9029 1086
BIC : GEBABEBB
avec la mention : « pour Yasa-Bonga – Dr Van Geert »
L'ASBL est habilitée à recevoir des donations ainsi que des legs par testament.
Les versements donnent droit à l'exonération fiscale prévue par la loi belge (40 EUR minimum actuellement).
Une attestation vous parviendra au début de l'année civile suivante.

Formations

  • Et pourquoi pas un peu de formation ?... Consacrer un peu de temps à rafraîchir sa compréhension de la foi n'est pas inutile !

 

Le doyenné du Plateau de Herve organise pour la septième année consécutive une série de conférences grand public, programmées un lundi par mois.

Les "Grandes Conférences du Lundi au Pays de Herve" accueillent le 24 novembre Anne Soupa. Bibliste spécialisée dans la vulgarisation de l'Ecriture Sainte.
Elle propose comme thème de sa conférence le titre inattendu et quelque peu provocateur : "Les douze femmes de Jésus dans les Evangiles". Un sujet - très "tendance" aux yeux de certains - qui ne manquera pas d'intéresser celles et ceux qui souhaitent davantage de place pour les femmes dans la vie de l'Eglise.
Une soirée à recommander à l'heure où notre pape François souhaite plus que jamais pour l'Eglise, des changements et des « adaptations » à l'évolution des mœurs et de la culture, tout en gardant bien-sûr l'essentiel de la foi en Christ mort et ressuscité. Et à ce propos – ne l'oublions pas ! - les premiers témoins de la résurrection de Jésus, ne sont-ce pas des femmes ?
Entrée : 5 euros – Jeunes : gratuit – Pas de réservation
Pour plus d'infos, consulter le site CathoBel-Newsletter du 20/11/2014.

 

A l'ULg, une conférence intitulée "Moyen Orient et persécutions religieuses" se tiendra ce lundi 24 novembre 2014 dans la salle des professeurs de l'ULg, place du 20 août, 7, au premier étage (accès par la grande entrée: parcours fléché).. La soirée sera animée par la Députée fédérale Vanessa Matz (cdH).
La cause des chrétiens d'Orient et des autres minorités nous concerne tous, au titre de la fraternité et au nom de la liberté. Le renoncement ou l'impuissance seraient intolérables devant cette tragédie quotidienne qui met en péril l'existence de communautés chrétiennes dans le monde musulman. Leur existence même est un enjeu de civilisation commun pour l'Europe et pour l'Islam.
La conférence est organisée par les étudiants catholiques de Liège qui ont invité Pierre Piccinin Da Prata, historien, politologue et reporter de guerre à venir témoigner lundi soir.
La participation aux frais est de 10€, ou 2€ pour les étudiants, à régler sur place.
Inscription nécessaire par téléphone au 04/344.10.89 ou par email via info@ethiquesociale.org.
Rendez-vous à 18h pour un apéritif. Exposé suivi du lunch-débat de 18h15 à 20h30.

L'équipe Info de l'Unité Pastorale du Fléronnais

 

Verduriales 2014 (24 août)

verduriales2014

 

 

Verduriales 2014 : une organisation réussie à 100 %. Elle réunissait les forces vives de l'Unité Pastorale du Fléronnais.


Nous avons bien joué, "bien mangé, bien bu, merci ..........."
Les photos parlent d'elles-mêmes : elles sont dans la galerie (Liens & Photos )

Faites connaître vos initiatives !

Prenez l'habitude de communiquer vos invitations et initiatives diverses aux responsables des Medias de l'UP ! Elles les transféreront directement aux intéressés dont elles ont l'adresse électronique, les feront paraître sur le site www.upfleron.be et dans A la Croisée.

- Collecte générale des informations : Monique JEUNECHAMPS, rue du Tiège 7 à Fléron, 04 358 76 00 mjeunechamps@yahoo.fr
- Edition du site Internet upfleron.be : Christiane SAIVE, rue Jean Jaurès 25 à Romsée, 04 358 71 95 chsaive@skynet.be
- Edition du mensuel A la Croisée : Monique CHAINEUX, rue du Tiège 47 à Fléron, 04 358 66 57 mochaineux@live.be

Pour recevoir régulièrement des informations chez vous, envoyez votre adresse électronique à mjeunechamps@yahoo.fr. Ainsi, vous ne raterez plus tout ce qu'il est utile de savoir sur les rendez-vous, initiatives et éventuelles exceptions de calendrier de l'Unité Pastorale ! Un service particulièrement utile si vous n'êtes de passage qu'occasionnellement !

Forum Social

Info reçue de l'ASBL De Bouche à Oreille (le 17/11/2014)

Depuis des mois on entend parler du traité transatlantique, au fur et à mesure des investigations et des mobilisations, d'autres traités sont venus aux oreilles de la société civile.

Ces traités au nombre de trois sont :
Le TTIP ou TAFTA : (Partenariat Transatlantique de Commerce et d'Investissement)
Cet accord, négocié dans le plus grand secret, vise à créer un vaste marché transatlantique en supprimant un maximum d'obstacles au commerce et en « harmonisant » les législations en vigueur des deux côtés de l'Atlantique.
Avec cet accord tel qu'on nous le présente aujourd'hui, sous le couvert de mesures dites «non tarifaires », les normes sociales, sanitaires et environnementales, culturelles, de service public, de protection des consommateurs et des entreprises, propres à l'Europe, à un Etat, une Région ou à une Commune, seraient interdites si elles sont jugées «déraisonnables, arbitraires ou discriminatoires ». Nos acquis communautaires, régionaux ou nationaux risquent de voler en éclat. L'interdiction des OGM ne serait plus possible, les investissements en faveur d'une transition vers les énergies renouvelables deviendraient illégaux, les services publics seraient ouverts à la concurrence américaine (écoles, logement sociaux, hôpitaux, traitement de déchets...).

Le CETA ou AECG : (Accord Economique et Commercial Global)
L'AECG vise bien plus que les simples échanges de marchandises, il affectera aussi le commerce de nombreux services dont les services financiers et les services publics. L'accord touche également la coopération règlementaire, les contrats sur les marchés publics, l'agriculture, la protection des investisseurs et la mobilité de la main-d'œuvre. Tenus loin du regard des parlementaires tout au long des négociations, les textes qu'on nous dit être finalisés ont tardé à être rendus publics.
Le traité permettrait également aux multinationales des Etats-Unis de contourner un refus du TTIP, en disposant simplement d'une «boite aux lettres» sur le territoire du Canada.

TISA ou ACS : (Accord sur le Commerce des Services)
C'est un accord commercial dont personne ne parle, négocié dans l'opacité la plus totale. Ces 50 pays, parmi les plus fervents défenseurs de la libéralisation, discutent en ce moment de l'ouverture du « marché des services » à la concurrence internationale. Éducation, santé, transports, télécommunications, services financiers... Tout est sur la table des négociations. Ce pourrait être la fin des services publics, de l'eau, de l'éducation ou de la santé, la fin de toute volonté de réguler les marchés financiers ou de protéger les données des citoyens. Bref, une entrave encore jamais vue à l'exercice de la démocratie et au fonctionnement des politiques publiques.
Des tribunaux contre les Etats
Si de tels accords était signé, les multinationales auraient la possibilité d'attaquer les États auprès d'un Tribunal arbitral – composé de personnes non élues – lorsqu'elles considèrent que leurs profits sont menacés ou revus à la baisse. Cela se traduirait par des sanctions commerciales pour le pays contrevenant, ou par une réparation pouvant représenter plusieurs millions d'euros. En réalité, ces accords seraient un moyen pour les multinationales d'éliminer toute décision publique qu'elles considèreraient comme entrave à l'expansion de leurs parts de marché.

Si vous voulez signer la pétition, c'est ici : https://14380.lapetition.be/

Se mobiliser pour l’accueil des réfugiés

Appel du Diocèse de Liège

L'accueil de réfugiés dans notre pays est sans conteste une question d'actualité qui ne cesse d'interpeller. L'appel des Evêques de Belgique et de Caritas International en a touché plus d'un. Ils sont déjà nombreux à s'être mobilisés.
C'est notre devoir de chrétiens de réagir face à ce drame humain et d'accueillir ceux qui fuient la violence des pays en guerre.

Lire la suite...

Conférence à St François de Sales

Prochaine conférence à St François de Sales :
« Eduquer aujourd'hui : mission possible ? »
par Jean-Marie Petitclerc ce mardi 27 janvier à 20h

L'éducation est un défi de toujours et de tous les jours. Face à l'évolution de la société, les enjeux éducatifs deviennent encore plus criants. Cette urgence éducative n'est pas sans poser de nombreuses questions et de réelles incertitudes par rapport à l'avenir... Eduquer aujourd'hui, est-ce encore véritablement possible ?

Pour nous aider à alimenter cette réflexion sur le défi actuel de l'éducation des jeunes, nous accueillerons le mardi 27 janvier prochain Jean-Marie Petitclerc. Ce prêtre salésien de Don Bosco est aussi polytechnicien et éducateur spécialisé. Par son expérience et sa réflexion, il devenu l'un des grands experts actuels sur toutes les questions d'éducation.

Né en 1953 en France, il est élevé dans une famille de médecins en Normandie. Il fait ses études à l'École polytechnique. À sa sortie en 1974, il hésite entre engagement religieux et politique. Très sportif, il est hospitalisé à cause d'une pratique trop intensive de l'athlétisme. Cloué sur un lit d'hôpital pendant 18 mois, il renonce à la politique. Par hasard, il tombe sur une biographie de Giovanni Bosco, fondateur des Salésiens. Cette période de réflexion lui permet de choisir une nouvelle voie, celle tracée par ce dernier. Devenu prêtre salésien, il suit une formation d'éducateur spécialisé et fonde un club de prévention spécialisée à Chanteloup-les-Vignes. Il dirige ensuite un foyer d'action éducative « habilité justice » qui accueille des mineurs confiés par des magistrats. Il est rappelé à Chanteloup-les-Vignes au moment des émeutes urbaines de 1991 et initie la « médiation sociale ».

Fondateur et directeur de l'association Le Valdocco à Argenteuil, en banlieue parisienne, il devient chargé de mission au Conseil général des Yvelines. En septembre 2004, il rejoint Lyon, où il monte une antenne du Valdocco et reprend un atelier de réinsertion. Très impliqué dans le scoutisme, il est aumônier de groupes Scouts et Guides de France à Lyon.

En juin 2007, il est nommé chargé de mission au cabinet de Christine Boutin, ministre du Logement et de la Ville, responsable de la coordination des acteurs locaux, poste qu'il quitte début février 2009, pour se consacrer pleinement à la direction de l'association Le Valdocco, et notamment à Laurenfance, le foyer pour jeunes en difficulté ouvert à Tassin la Demi-Lune par l'association.

Il est l'auteur de nombreux ouvrages dans le domaine de l'éducation, dont :
- Éduquer aujourd'hui pour demain : quels repères pour une pratique chrétienne de l'éducation
- Respecter l'enfant : réflexion sur les droits de l'enfant
- Le pari éducatif : conflit, handicap, maladie
- Dire Dieu aux jeunes
- Le jeune, l'éducateur et la loi
- Enfermer ou éduquer ? : les jeunes et la violence
- Y'a plus d'autorité
- Et si on parlait du suicide des jeunes
- Éducation non violente
- Tu peux changer le monde !
- Accompagner un jeune blessé : sur le chemin d'Emmaüs
- Lettre ouverte à ceux qui veulent changer l'école

« Savoir rester dans le champ du 'peu', telle est toute l'ascèse de l'éducateur. Et 'peu', certes, ce n'est pas grand chose par rapport à 'tout'. Mais par rapport à 'rien', n'est-ce pas déjà important ? »
Jean-Marie Petitclerc, Eduquer aujourd'hui pour demain

Aider le jeune à assumer son histoire, aussi lourde soit-elle, c'est la seule manière de pouvoir l'aider à concentrer ses forces sur la reconstruction de son avenir.
Trop de frilosité des responsables, développant comme première stratégie le parapluie, gèle forcément tout système éducatif.
Aucune démarche innovante ne peut être mise en place sans prise de risques. Ce refus constitue sans doute aujourd'hui le plus grand handicap de notre pays
Jean-Marie Petitclerc, Les nouvelles délinquances des jeunes

« La solidarité constitue un des enjeux les plus fondamentaux pour demain, si l'on se refuse à construire une société fonctionnant sur un principe d'exclusion de tous ceux qui n'auront pas les aptitudes nécessaires pour prendre place dans le jeu socio-économique. Aussi pouvons-nous juger regrettable – et ceci est sans doute un des signes de montée de l'individualisme qui caractérise si fortement l'évolution de nos sociétés occidentales – que bien des propos actuellement tenus sur l'éducation insistent essentiellement sur la dimension psycho-affective de la relation éducative. La dimension socio-politique me semble pourtant à privilégier de la même façon si l'on veut concourir à la construction d'un monde plus juste et fraternel ».
Jean-Marie Petitclerc

Le message du doyen de Fléron

LE COMPLEXE DÉFI DES RÉFUGIÉS : NI ANGÉLISME, NI SIMPLISME
Communication de Jean LIEVENS, curé-doyen du Fléronnais (septembre 2015)

Depuis que la problématique des réfugiés gagne l'Europe, les Églises chrétiennes appellent à mettre en œuvre les principes d'accueil inspirés de l'Évangile.
Le Samaritain qui trouve un blessé sur son chemin ne se lamente pas : « Ce blessé ne devrait pas être là ! » Il ne cherche pas des raisons de s'en détourner. Cette victime est là ; il s'en occupe !

Certains européens se donnent à fond dans l'aide aux réfugiés. D'autres expriment des inquiétudes. Ces peurs sont légitimes ; elles doivent être entendues.
Hélas, elles sont instrumentalisées par des groupes xénophobes qui, pour contrer l'unanimisme et ce qu'ils appellent la manipulation des medias, manipulent à leur tour en lançant tantôt des "révélations" aussi grossières que peu vérifiées, tantôt des messages de haine pure. Il suffit d'un clic sur Internet pour recevoir et répandre pareils messages.
Que construisent ceux qui cèdent à la pulsion de les transférer plus loin ? Par pitié, réfléchissons tant au contenu qu'aux conséquences ! Celui qui se prétend plus intelligent que les autres (« Moi, je sais ce qu'on nous cache !... »), se montre à l'inverse plus irréfléchi, voire carrément stupide. Et il est plus facile d'exacerber les peurs que de construire patiemment des solutions.

Cependant, l'on ne peut simplifier ni dans un sens, ni dans l'autre :
oui, cette problématique est très complexe ; oui, cette épreuve qui pèse lourdement depuis des années ailleurs va également travailler l'Europe pendant des années ; oui, le travail ne fait que commencer.

Mais des outils existent. Des organisations n'ont pas attendu pour mettre des procédures en place, en particulier Caritas, un des indispensables interfaces entre l'Office National des Etrangers et les citoyens prêts à accueillir des réfugiés. Dans notre diocèse, depuis des années déjà, l'asbl Un toit pour tous achète et réhabilite des logements pour des personnes en difficulté, réfugiées ou non.
Des tâtonnements, des erreurs, et même des mauvaises surprises, il y en aura : « il n'y a que ceux qui ne font rien qui ne se trompent pas » – ...ou qui sont dans l'erreur permanente ! Celui qui travaille se salit les mains et s'expose à la critique : « Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice ! »
Mais, une fois encore, il est bien plus pusillanime de garder les mains dans les poches et de poignarder dans le dos ceux qui tentent d'affronter des questions inédites.

Voici l'appel lancé dans le diocèse de Liège et le point de contact pour passer à l'action.

Vendredi 9 octobre dès 19h30 au centre liégeois du Beau-Mur, rue du Beau-Mur 48 à Grivegnée : UNE RENCONTRE POUR ABORDER LES "QUESTIONS QUI FÂCHENT"
"Allons-nous être envahis ?... Accueille-t-on de vrais réfugiés ou de simples immigrés, voire des djihadistes déguisés ?... Alors que la sortie de crise se fait attendre, avons-nous la capacité à accueillir, loger, payer, donner du travail à ces personnes? Comment agir concrètement ?..."

Avec une particulière acuité, un défi est posé aux européens, et aux chrétiens en particulier. Pour le relever, sa gravité nous interdit tant le simplisme que l'angélisme : les « Y'a qu'à... » n'apportent rien au combat pour l'homme. Puissions-nous être de ceux qui risquent leur modeste pierre à ce chantier dont les plans sont sans cesse à revoir !

Appel urgent de Caritas international

Caritas
Caritas international recherche un logement pour une maman somalienne avec ses 8 enfants

Merci de vous informer  ICI

Décès dans l'UP

de monsieur Nicola CARELLI, veuf de Addolorata DI NINNO, né en Italie le 5 mars 1928 et décédé le 14 août. Il était domicilié place Xavier Neujean,9 à Liège. Son corps repose au funérarium Bottin, Avenue des Martyrs, 170 à Fléron ; visites dimanche, lundi et mardi de 17 à 19H. Un temps de prière aura lieu au funérarium le 21 août à 9H45.

 

de madame Marie STOCHNIAL, veuve de monsieur Fernand Leclercq, née à Escaudain (France) le 19 mai 1928 et décédée le 8 août. Elle était domiciliée rue de la station, 25A à Blégny. Son corps repose au funérarium Remacle, rue Entre-deux villes, 95 à Blégny ; visites vendredi de 17 à 19H. Ses funérailles seront célébrées lors d'une eucharistie le 10 août à 10H30 à l'église St Denis à Fléron.

 

 Décès récents

Nous annonçons aussi...

Pélerinage liégeois à Banneux
Personnes de la région liégeoise, malades, avec un handicap, âgées, seules, en famille ou en maison de repos, venez vivre 5 jours à Banneux, du 13 au 17 septembre 2019.

Pour tout renseignement, cliquez  ICI

 

Concert d'orgues au profit des oeuvres sociales Mosteiro da Transfiguraçao (Brésil), à la Collégiale St-Barthélemy, le 22 septembre à 17H30.
Pour la présentation de cet évènement par les artistes, cliquez  ICI

Pour les modalités pratiques, cliquez  ICI
Si vous ne pouvez être des nôtres le 22 septembre, vous pouvez nous aider.  Cliquez  ICI

Infos d'ici et d'ailleurs !

  • Toutes les infos de première main par l'agence de la presse catholique de Belgique : cathoBel
  • Autres paroisses et toutes infos sur le diocèse de Liège
  • RCF LOGO LIEGE
Vous êtes ici : Accueil Non catégorisé

Statistiques

Compteur d'affichages des articles
428336
  • Site modifié le lundi 19 août 2019 à 15:59:23